Diabète et alimentation

 

 

Rebonjour à tous!

Voici maintenant un sujet dont j’aimerais vous parler : le diabète. Un sujet qui touche beaucoup plus que les 560 000 Québécois qui en sont atteints et qui le savent. Il paraîtrait même que 200 000 personnes sont diabétiques, mais ignorent encore ce diagnostic…

C’est quand même impressionnant, mais dans le mauvais sens du terme! Le diabète touche et touchera de plus en plus de gens, ce n’est donc pas pour rien que cette condition est appelée la « maladie du 21e siècle ».

Commençons donc par savoir ce qu’est le diabète :

Le diabète, c’est une maladie chronique incurable, qui implique une mauvaise régulation du taux de sucre dans le sang (glycémie). Cela est causé par

– Diabète de type 1 : … un manque d’insuline dans le sang. Ce manque est causé par la destruction des cellules du pancréas qui sécrètent cette hormone.

– Diabète de type 2 : … un défaut de l’utilisation de l’insuline (résistance des cellules à l’insuline), alors le sucre reste en excès dans le sang.

Attendez une seconde! Qu’est-ce que l’insuline? L’insuline est une hormone sécrétée dans le sang par le pancréas qui sert à faire entrer le glucose (sucre présent dans le sang) dans les cellules du corps afin qu’il soit utilisé comme source d’énergie.

 

SYMPTÔMES

Quels sont les symptômes du diabète?

  • Fatigue et somnolence
  • Augmentation du volume/fréquence des urines
  • Soif intense
  • Faim exagérée
  • Amaigrissement
  • Vision embrouillée
  • Retard dans la cicatrisation de plaies
  • Infection, surtout aux organes génitaux
  • Picotement aux doigts et aux pieds
  • Changement de caractère

Les symptômes varient d’une personne à l’autre. Ils apparaissent lors d’hyperglycémie (sucre en excès dans le sang). Toutefois, lorsque le diabète est présent depuis de nombreuses années et que le corps « s’habituent » à avoir trop de sucre dans la circulation sanguine.

Causes potentielles:

  • Consommation excessive de glucides;
  • Diminution de l’activité physique;
  • Quantité insuffisante d’insuline ou de médicaments hypoglycémiants;
  • Certains médicaments (ex: cortisone);
  • Stress;
  • Infection;
  • Hypoglycémie non corrigée causant une hyperglycémie de rebond (réaction de défense de l’organisme, mais excessive: trop de sucre a été libéré dans la circulation sanguine)

Voici un petit aide-mémoire pour vous permettre de comprendre ce que sont les valeurs au-dessus ou au-dessous de la normale:

Valeursnormalesglycémie

FACTEURS DE RISQUE

Avant de vous emballer en lisant ces symptômes, je vous présente des facteurs de risque du diabète :

  • Diabète de type 1 😮 Génétiqueo Facteurs déclencheurs chez personnes prédisposées: infection virale par exemple
  • Diabète de type 2 (1):o Âge >40 ans;o Parent du 1er degré atteint de diabète de type 2;o Ethnie à plus haut risque (descendance autochtone, hispanique, sud-asiatique, asiatique ou africaine);o Antécédents d’intolérance au glucose ou d’anomalie du glucose à jeun;o Présence de complications associées au diabète;o Maladie vasculaire (coronarienne, cérébrovasculaire ou périphérique);

    o Antécédents de diabète gestationnel;

    o Accouchement d’un enfant de poids de naissance élevé;

    o Hypertension;

    o Dyslipidémie;

    o Poids excessif;

    o Obésité abdominale;

    o Syndrome des ovaires polykystiques;

    o Acanthosis nigricans;

    o Schizophrénie;

    o Etc.

  • Diabète de grossesse (2):o Diabète de grossesse à une grossesse précédente;o Accouchement antérieur de bébé >4,5 kg;o Appartenance à une ethnie à risque élevé (Autochtones, Hispaniques, Asiatiques, Africains);o Âge >35 ans;o Obésité (IMC >30);o Syndrome des ovaires polykystiques et/ou hirsutisme;

    o Usage de corticostéroïdes;

    o Acanthosis nigricans.

 

COMPLICATIONS:

Une glycémie mal contrôlée et continuellement élevée peut mener à diverses complications. Un excès de glucose dans le sang porte atteinte à l’intégrité et à la santé des vaisseaux sanguins. Les vaisseaux sanguins dans les yeux, les reins, les extrémités (surtout pieds, car plaies moins bien détectées à cet endroit avec la perte de sensibilité que peut causer le diabète), ainsi qu’au coeur causent des dommages à ces différents organes.

  • Rétinopathie: atteinte des vaisseaux sanguins de la rétine, tissu visuel… peut amener la cécité (le diabète en est la principale cause au Canada);
  • Néphropathie: atteinte au niveau des reins… l’insuffisance rénal est une risque à long terme d’un diabète mal contrôlé;
  • Neuropathie : atteinte des nerfs;.
  • Des complications cardiovasculaires sont également 2 à 4 fois plus fréquentes chez les diabétiques que chez les non-diabétiques.

 

HYPOGLYCÉMIE

Cela se produit quand la glycémie est en-dessous des valeurs normales. Le taux de sucre dans la circulation sanguine est trop bas.

Symptômes (3):

  • Anxiété
  • Faim
  • Nausées
  • Pâleur
  • Palpitations
  • Picotements
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Changement de l’humeur
  • Confusion
  • Convulsions
  • Démarche chancelante
  • Étourdissements
  • Faiblesse
  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Somnolence
  • Troubles de concentration
  • Troubles de la parole
  • Vision embrouillée

Cela risque de se produire si vous:

  • Sautez un repas;
  • Vous administrez de l’insuline, et ce, en quantité excessive aux glucides consommés;
  • Prenez des médicaments antidiabétiques qui peuvent provoquer des hypoglycémies *Vérifiez avec votre médecin ou pharmacien si c’est le cas*.

Il n’existe aucune « petite hypoglycémie »; il est primordial de corriger le taux de sucre lorsque cela survient. 

Comment corriger une hypoglycémie?

Les valeurs normales de la glycémie à jeun étant entre 4 et 7 mmol/L, une hypoglycémie est identifiée lorsque la mesure se situe sous 4 mmol/L.

  • Mesurer la glycémie et constater l’hypoglycémie;
  • Consommer 15 g de glucides rapides à absorber:
    • 4 comprimés de Dex-4
    • 1 c. à soupe (15 ml) de sucre, sirop ou miel
    • 1/2 tasse (125 ml) de boisson gazeuse régulière (sucrée)
    • 1/2 tasse (125 ml) de jus de fruit
  • Attendre 15 minutes;
  • Reprendre une mesure de la glycémie.

Si elle s’avère supérieure à 4 mmol/L, il y a deux options:

  • Si le prochain repas est dans l’heure qui suit, consommer le repas comme prévu;
  • Si le prochain repas n’est pas dans l’heure qui suit, prendre une collation contenant 15 g de glucides et des protéines (ex: 1 fruit  *voir portions pour diabétiques plus loin dans cet article* + noix; 1 tranche de pain avec beurre d’arachide; craquelins + fromage; verre de lait + graines de soya, etc.)

Si elle demeure inférieure à 4 mmol/L: répéter les étapes de la correction de l’hypoglycémie.

 

*Important: essayez de ne pas surtraiter une hypoglycémie; il s’en résultera une hyperglycémie.*

 

Parfois, lorsque l’hypoglycémie est trop sévère, la personne touchée est trop affectée pour corriger elle-même la situation. Il est même possible qu’elle perde connaissance.

Comment traiter une hypoglycémie sévère chez une personne consciente: 

http://www.diabete.qc.ca/html/vivre_avec_diabete/hypo_severe.html

Comment traiter une hypoglycémie sévère chez une personne inconsciente:

http://www.diabete.qc.ca/html/vivre_avec_diabete/hypo_severe_incon.html

 

TRAITEMENTS

Aucun. Tel que mentionné dans la définition, le diabète ne se guérit pas. Toutefois, il peut être géré pour un bon contrôle de la condition et la prévention des complications.

  • Gestion du diabète de type 1 : Injections d’insuline pour le contrôle adéquat des glycémies (taux de sucre), jumelées à de saines habitudes de vie (alimentation, activité physique).
  • Gestion du diabète de type 2 : Saines habitudes de vie (alimentation, activité physique) jumelées à des traitements pharmacologiques adaptés à la condition (médication orale, parfois insuline).
  • Diabète de grossesse : Dure habituellement seulement le temps de la grossesse. Après l’accouchement, le contrôle glycémiques retourne à la normale… Risque de redévelopper cette condition aux grossesses subséquentes – un dépistage précoce est à privilégier. Toutefois, malgré la nature temporaire de cette condition, il existe un certain risque de diabète de type 2 plus tard dans la vie. ..

Pour en savoir plus sur la médication antidiabétique, je vous invite à aller faire un tour sur les lien suivant:

http://www.diabete.qc.ca/html/vivre_avec_diabete/medic_main.html

C’est d’accord pour les généralités, mais qu’en est-il de l’alimentation? Ça c’est mon rayon! 🙂

 

ALIMENTATION

Comment les aliments que nous ingérons influencent-ils notre taux de sucre?

  • Nous mangeons des aliments
  • Les protéines, lipides et glucides (grande famille des sucres) qu’ils contiennent sont digérés durant leur trajet dans le tube digestif (détails dans lesquels nous n’entrerons pas ici, faute de temps et d’espace);
  • Des enzymes digèrent les grandes molécules de glucides en plus petites, afin qu’elles entrent dans le sang lors de leur passage dans l’intestin;
  • Les petites molécules de sucre -le fameux glucose que nous mesurons lors des tests de glycémie – circulent dans le sang –> la glycémie augmente;
  • L’insuline fait entrer ce sucre dans les cellules des différents tissus du corps, afin qu’il puisse être utilisé comme source d’énergie pour l’organisme –> la glycémie retourne à la normale.

Ça, c’était le scénario sans diabète.

Dans le scénario avec diabète…

– de type 1: il n’y a pas assez d’insuline en circulation, faute de production par le pancréas (cellules qui la sécrètent sont détruites)… la glycémie reste élevée.

– de type 2: les tissus/cellules sont résistants à l’insuline, ou il y n’y a pas assez d’insuline… il n’est pas possible pour l’insuline de travailler adéquatement, et la glycémie demeure élevée.

À présent, lorsque nous savons que nous sommes diabétiques, que devons-nous faire côté alimentation? Devons-nous cesser de manger des aliments qui contiennent du sucre?! La réponse est: non. Il faut choisir les bons sucres, et les consommer en quantités adéquates.

Tout est une question d’équilibre, de portions, de fréquences. Il serait faux de dire que l’alimentation de la personne diabétique ne requiert aucune organisation, mais il serait également faux de dire que c’est plate! Il faut s’assurer de privilégier une saine alimentation répondant aux besoins et adéquate pour la condition de santé, tout en étant variée et attrayante!

LE SUCRE DANS L’ALIMENTATION 

Quels sont les aliments contenant du sucre? En réponse à cette question, il est rapide de penser aux aliments qui contiennent du sucre ajouté:

  • Bonbons
  • Sucres: sucre blanc, cassonade, sucre à glacer, sirops, miel, etc.
  • Glaçages
  • Chocolat
  • Pâtisseries
  • Autres desserts sucrés

Oui, bien visé! Ces aliments font augmenter le taux de sucre dans le sang.

Cependant, il ne faut pas oublier les sucres présents naturellement dans les aliments. Revoyons ensemble le Guide alimentaire canadien:

GACsucresfibres

Qu’est-ce que tous ces barbouillages signifient?

J’ai réaménagé certains groupes, séparé ou déplacé des aliments, et ai encadré de violet les aliments qui contiennent naturellement du sucre et font augmenter la glycémie. Les groupes comportant une étoile contiennent des FIBRES .

 

  • LÉGUMES:

Peu de sucre –> peu d’effet sur la glycémie.

– Contiennent des FIBRES: de la grande famille des glucides, les fibres ne sont pas digérés par l’organisme –> n’augmentent pas la glycémie. Les fibres, de type solubles, forment un gel et aident à ralentir la digestion –> montée plus graduellele taux de sucre dans le sang.

 

  • LÉGUMES FÉCULENTS:

– Pommes de terre, patates douces, courges/courgettes/courges d’hiver, maïs (blé d’Inde), petits pois…

– Plus sucrés que leurs autres compatriotes légumes, ils ont pour effet de faire augmenter la glycémie.

– Comportent des fibres.

 

  • FRUITS:

Plus sucrés que les légumes.

– Comportent des sucres rapides à digérer (hausse relativement rapide de la glycémie), ainsi que des fibres.

 

  • PRODUITS CÉRÉALIERS:

– Comportent des sucres qui font augmenter la glycémie, surtout de l’amidon, un sucre complexe (plusieurs petites molécules de sucres attachées ensemble, un peu plus lentes à digérer que les petites molécules de sucre simple).

– Leur version à GRAINS ENTIERS comportent des fibres. Ces produits sont à privilégier VS ceux raffinés, car la glycémie est plus lente à augmenter (et nous sommes plus rassasiés).

 

  • LAIT ET SUBSTITUTS:

– Contiennent eux aussi des sucres naturels, le lactose (propre au lait). Il s’agit aussi du sucre difficile à digérer pour les personnes intolérantes au lactose justement, faute de l’enzyme pour le digérer. Ces sucres ont un effet à la hausse sur la glycémie.

– Les laits, boissons substituts (de soya, d’amande, de riz, etc.) et yogourts aromatisés, sont plus sucrés que leur version nature, puisque du sucre est ajouté pour obtenir la saveur.

– Les fromages sont déplacés dans le groupe des viandes, car ils ne contiennent pas de sucre.

– Ces produits contiennent des protéines, qui aident à stabiliser la glycémie.

 

  • VIANDES ET SUBSTITUTS: 

Pas de sucre –> pas de hausse de la glycémie.

– Les fromages sont greffés à ce groupe, étant donné qu’ils ne contiennent pas de sucre contrairement aux autres produits laitiers.

– Ce groupe contient des protéines, qui aident à la stabilité de la glycémie tel que mentionné.

– Les substituts de la viande que sont les légumineuses sont annexés au groupe des PRODUITS CÉRÉALIERS/FÉCULENTS, étant donné qu’ils comportent des sucres –> effet à la hausse sur la glycémie.

 

Voici un modèle d’alimentation que j’aime bien, soit l’assiette santé:

Assiettesantesansportions

Qu’est-ce que j’aime de cette assiette? Tout y est! Il s’agit d’un modèle de base pour construire dîners et soupers équilibrés.

 

Bien que s’alimenter de façon régulière au cours de la journée soit primordial pour la santé de tous,nous nous en apercevons encore plus avec le diabète. En effet, cette condition affecte l’utilisation du glucose (sucre) comme énergie et la régulation de sa présence dans le sang.

Pour un bon contrôle glycémique, d’abord: 3 repas par jour. Cela permettra au corps d’avoir de l’énergie de façon régulière pour fonctionner.

La quantité de glucides nécessaire au cours d’une journée varie dépendemment de plusieurs facteurs (âge, sexe, taille poids, activité physique, condition de santé…). Il est important de fournir des quantités similaires aux repas afin de ne pas créer de déséquilibre glycémique. Il est possible de déterminer ces quantités au cours d’un suivi personnalisé avec une diététiste-nutritionniste! 🙂

 

Voici des modèles de base de repas équilibrés:

Dejdb

dinerdb

souperdb

 

Puisque des repas monotones ne sont pas attrayants et que « diabète » ne rime pas avec « Elles sont ennuyeuses assiettes! » (non non, je vous jure que ça ne rime pas!).

 

Rappel: Les images ici ne sont que des MODÈLES, donc à titre de GUIDES.

 

Avant d’aller plus loin, je requiers davantage votre attention!

Nous avions vu dans un article précédent ce à quoi correspondent les portions d’aliments avec le Guide alimentaire canadien (GAC)… Les portions pour diabétiques diffèrent de celles dans le Guide alimentaire canadien! Dans le GAC, les portions sont établies selon des critères différents, tels que la teneur en certains micronutriments (minéraux, etc.), tandis que les portions pour les personnes diabétiques sont déterminées selon les teneurs en macronutriments.

Les macronutriments sont: les protéines, les lipides et – ceux qui nous importent directement pour le contrôle glycémique – les glucides.

 

Commençons par les LÉGUMES:

Legumesdbssqnt

Puisque ces aliments renferment peu de glucides, mais des vitamines, minéraux et fibres (–> hausse de la glycémie plus graduelle on se rappelle!), il n’y a pas de restriction à consommer généreusement ce groupe d’aliments!

 

FRUITS: Important avec le diabète: bien que les fruits sont bons pour la santé (vitamines, minéraux, fibres), ils contiennent des glucides qui agissent à la hausse sur la glycémie! Il est préférable d’en consommer une portion à la fois, et de répartir les fruits au cours de la journée (aux repas et aux collations) afin d’en profiter.

*Préférer les fruits frais aux jus de fruits; ces derniers ne contiennent pas les fibres des fruits frais, donc les sucres qu’ils contiennent sont absorbés plus rapidement –> augmentation plus rapide de la glycémie!  De plus, 1 portion de jus ne correspond qu’à 1/2 tasse (125 ml)!

Puisque les différents fruits contiennent différents quantités de glucides, ils ne sont pas équivalents entre eux en matière d’influence sur la glycémie! Voici de quoi vous éclairer, à quoi ressemble 1 portion de fruits:

fruitsssqnt

À voir cela, on peut conclure entre autres:

– Les fruits secs sont à consommer de façon modérée, car la portion est de volume plutôt modeste! (Ex: 15 gros raisins frais VS 2 c. à table de raisins secs.)

– Pour les amateurs de smoothie, je suggère privilégier des fruits comme  les fraises, plutôt qu’une banane; en effet, pour 1 portion de fraises, le volume est plus généreux (2 tasses) que pour environ la même quantité de sucre provenant d’une banane (1/2 banane).

 

Les FÉCULENTS regroupent les aliments contenant de l’amidon, un glucides complexe (plein de petites molécules de glucose – sucre élémentaire qu’on mesure dans le sang je vous rappelle).

Encore ici, il est à noter que les volumes des portions sont plus modestes que celles présentées dans le GAC:

portionsfeculentsdb

Certains diabétiques qui sont trop sévères envers eux, alimentairement parlant, coupent bien souvent ce groupe pour avoir un meilleur contrôle sur leur glycémie… Vous reconnaissez-vous, dans le fait de « couper pâtes et pains »? Il s’agit d’une erreur fréquente! Les féculents sont notre source de carburant dans la journée, ils sont essentiels à l’équilibre qu’offre une saine alimentation!

Des petites astuces pour ne pas vous priver de vos pâtes alimentaires:

  • Optez pour la version à grains entiers, l’effet sur la glycémie est moins rapide (absorption ralentie par les fibres). Si vous n’aimez pas les pâtes brunes, essayer moitié-moitié pâtes blanches et pâtes, ou optez pour des pâtes enrichies en fibres;
  • Ne vous affamez surtout pas! Garnissez la moitié de votre assiette de légumes (fibres), et accompagnez vos pâtes d’une bonne sauce à la viande maigre maison (protéines qui aident à stabiliser la glycémie). Si vous n’avez pas de viande dans la sauce, optez pour du fromage allégé pour accompagner votre repas de protéines sans augmenter la quantité de glucides;
  • Évitez de manger du pain avec vos pâtes, cela fait trop de féculents en même temps et l’hyperglycémie et ses symptômes peut vous guetter dans les heures suivantes;
  • Si vous tenez à une tranche de pain avec vos pâtes, optez pour 1 tranche de pain + 1/3-2/3 de tasse de pâtes;
  • Si vous tenez au volume de votre repas, optez pour la courge spaghetti: la portion est le double en volume de celle en pâtes alimentaires.

 

Les VIANDES ET SUBSTITUTS sont le groupe contenant des protéines, mais pas de glucides. Donc, pas d’augmentation de votre taux de sucre, mais aide plutôt à stabiliser celui-ci. À inclure à CHAQUE repas, et aux collations pour des glycémies plus stable au cours de la journée!

viandesetsubstitutsportionsdb

 

Maintenant, le groupe des LAIT ET SUBSTITUTS.

Ces aliments contiennent à la fois des glucides – qui font monter la glycémie – mais aussi des protéines – qui aident à la stabiliser.

* Rappel les fromages ne sont pas dans ce groupe (contrairement à ce qui est vu avec le Guide alimentaire canadien), mais avec les viandes, puisqu’ils ne contiennent pas de glucides.

laitetsubstitutsportionsdb

 

Le groupe des MATIÈRES GRASSES n’est pas un groupe à négliger tout de même dans le diabète, autant question quantité que qualité, le risque cardiovasculaire étant présent avec cette condition. Les maladies cardiovasculaires sont des complications qui guettent les personnes présentant un diabète mal contrôlé (risque 2 à 4 fois plus présent chez les diabétiques).

MGportionsdb

– Les gras saturés et trans sont à éviter;

– Les matières grasses insaturées sont à privilégier.

*Ne pas couper complètement les [bons] gras de l’alimentation; tous les macronutriments ont un rôle important pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Bon… est-ce que vous suivez toujours? Voici une section qui ne fait PAS partie de nos guides alimentaires, mais dont je ne peux passer à côté:

 

ALCOOL

La particularité avec la consommation d’alcool ici, c’est que cela peut

  • Causer des hypoglycémies (même avec 1 seule consommation);
  • Masquer certains symptômes de l’hypoglycémie –> ATTENTION!  incapacité d’identifier l’hypoglycémie et de remédier à la situation;
  • Pris en grande quantité, l’alcool peut provoquer d’abord une hyperglycémie, mais s’ensuivra une hypoglycémie;
  • Chez les diabétiques de type 1, l’alcool consommé modérément au souper peut entraîner une hypoglycémie 2-3 heures après le souper, voire même jusqu’à 24 heures après sa consommation.

 

Les recommandations quant à la consommation d’alcool chez les diabétiques sont les suivantes:

  • Éviter l’alcool avec un diabète mal contrôlé;
  • Consommer l’alcool à l’intérieur des repas (JAMAIS À JEUN!!!);
  • Consommer l’alcool de façon modérée
    • Modération = quotidiennement, maximum 1 consommation pour les femmes et 2 pour les hommes (14 par semaine pour les hommes et 9 par semaine pour les femmes…. NON, ça ne veut pas dire les prendre toutes d’un coup si vous avez lu ce que je viens de dire! 😛 )
  • Boire lentement.

 

Petit rappel sur ce qu’est « 1 consommation » (vous verrez que ce n’est pas une « 24 », ni même une « 12 »!!)
1consommationalcool
(Source: Éduc’alcool)

 

À présent, peut-être que certains d’entre vous ont pensé à une alternative pour ce qui est des sucres ajoutés. Je l’aborde justement dans la section qui suit:

LES SUCCÉDANÉS/ÉDULCORANTS

Les succédanés sont des substances qui remplacent le sucre et donnent un goût sucré. Certains fournissent des calories (énergie) et ont un effet moindre sur la glycémie comparativement aux sucres, d’autres n’apportent pas d’énergie et n’ont pas d’effet sur le taux de sucre sanguin. Certains sont naturels, d’autres sont artificiels.

Santé Canada fournit des informations à leur sujet: http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/addit/sweeten-edulcor/index-fra.php

(Les informations suivantes sont prises intégralement de Unité de médecine de jour métabolique de l’Hôtel-Dieu du CHUM. Chapitre 9 – Savoir lire les étiquettes alimentaires. Montréal: Les Éditions Rogers limitée. 2013. p.85-86.)

Succédanés qui fournissent des calories (énergie):

  • Fructose:
    • Effet possible sur la glycémie, les triglycérides (type de gras dans le sang… ça sent un article ultérieur potentiel!), le cholestérol dans le sang;
    • Consommation de plus de 60 g par jour non recommandée aux personnes diabétiques;
    • Risques de malaises gastro-intestinaux.
  • SorbitolMannitolXylitolIsomaltMaltitolHydrolysat d’amidon hydrogéné
    • Apport calorique moindre que les sucres, car ils ne sont qu’en partie absorbés
    • Réponse glycémique plus faible que les sucres
    • Ne causent pas de caries
    • Risque de malaises gastro-intestinaux car ils ont un effet laxatif à divers degrés
  • Lactitol
    • Non absorbé; fournit des calories
    • Pas d’effet sur la glycémie
    • Risque de malaises gastro-intestinaux, car il a un effet laxatif à divers degrés

Succédanés qui ne fournissent pas de calories:

  • Acésulfame de potassium (non disponible en vente libre)
    • Sources: Aliments/boissons pré-emballés.
  • Aspartame (Égal, NutraSuc, Sweet ‘N Low, Marques privées
    • Sources: Sachets, comprimés ou poudre; Aliments préemballés ou boissons.
  • Cyclamate** (Sucaryl, Sugar Twin, Sweet’N Low, Marques privées)
    • Sachets, comprimés, poudre ou liquide; Ajout non autorisé dans aliments préemballés ou boissons.
  • Saccharine** (Hermesetas)
    • Sachets, comprimés; Ajout non autorisé dans aliments préemballés ou boissons.
  • Sucralose (Splenda)
    • Sachets ou poudre; Aliments préemballés ou boissons.
  • Glycoside de stéviol (Stévia)
    • Aliments préemballés ou boissons.

**NON RECOMMANDÉS POUR LA GROSSESSE ET L’ALLAITEMENT!

 

ATTENTION! Bien que les édulcorants/succédanés semblent être une solution séduisante pour « sucrer sans sucrer », ils ont l’effet pervers d’entretenir le goût sucré et, tel que vu plus haut, des effets indésirables consommés en trop grande quantité… Mieux vaut utiliser de vrais sucres dans l’alimentation, mais avec modération!

Je vous suggère un article intéressant de la diététiste-nutritionniste Alexandra Leduc, au sujet des édulcorants: http://alexandraleduc.com/blogue/2013/06/26/les-edulcorants-artificiels-un-gout-sucre-qui-en-vaut-la-peine/

Voici des façons de réduire la quantité de sucre dans son alimentation sans en réduire la qualité (bien au contraire!):

  • Cuisiner maison: repas, collations et desserts faits maison: vous avez ainsi le contrôle sur la quantité de sucre ajoutée;
  • Privilégier les fruits et produits laitiers nature en desserts
    • Petite coupe de fruits et fromages
    • Yogourt nature avec petits fruits
    • Yogourt nature grec avec un soupçon de sirop d’érable ou de miel
    • Muffin au son et aux bleuets
  • Réduire jusqu’à la moitié la quantité de sucre suggérée dans les recettes… Ça n’affecte pas le goût, et améliore la qualité nutritionnelle de votre recette;
  • Diminuer la consommation de boissons gazeuses, au besoin remplacer par de l’eau pétillante non sucrée:
    • Les boissons gazeuses « diètes » sont des alternatives à ne garder qu’occasionnellement, mais non des solutions miracles tel que vu avec les édulcorants…
    • Si l’eau pétillante est aromatisée, choisir avec arômes naturels;
  • Privilégier les fruits frais VS jus;
  • Consommer les desserts sucrés de façon occasionnelle (oui oui, se gâter, mais savoir savourerde petites quantités!) , et les préparer maison;
  • Préférer les produits céréaliers à grains entiers à ceux raffinés;

Cela mériterait un article spécifiquement sur le sucre! Oui oui, écrire un article peut donner la raison d’être à plein d’autres articles potentiels! 🙂 (Sinon, on s’y perd dans un seul article qui veut TOUT TOUT survoler!)

 

Vous avez réussi à vous rendre jusqu’ici? Un petit résumé pour que nous ne nous y perdons pas:

  • Le diabète est une maladie incurable, mais en avoir un bon contrôle prévient les complications à long terme. Il est possible de gérer cette condition et avoir une belle qualité de vie. :);
  • Mesure de la glycémie selon les indications du médecin (selon les indications du médecin; selon le type de diabète, les médicaments administrés, des conditions particulières, etc.);
  • 3 repas par jour (collations au besoin) à des heures régulières pour des apports glycémiques relativement réguliers –> meilleur contrôle glycémique, meilleur fonctionnement;
  • Activité physique, dans la mesure du possible, selon la condition de santé (et selon le contrôle glycémique… parlez-en à votre médecin);
  • Côté alimentation, on mise sur:
    • Les fibres (légumes, fruits entiers, produits céréaliers à grains entiers) pour une élévation plus graduelle du taux de sucre dans le sang;
    • Les protéines (lait et substituts, viandes et substituts) pour stabiliser la glycémie et être rassasié.
  • Ne pas exclure de groupes d’aliments (légumes – fruits – féculents – produits laitiers – viandes et substituts – matières grasses de qualité avec modération);
    • Le glucose (petit molécule de sucre, résultat de la digestion) est la principale source d’énergie du cerveau, entre autres… Être trop sévère et couper ses apports glucidiques peut induire la formation de composés qui, en grandes quantités dans le corps, sont toxiques.
  • Modération est le mot d’ordre! Il ne s’agit pas de se priver de tous les petits plaisirs alimentaires… Se gâter à des occasions spéciales (ex: une petite pointe de gâteau à un anniversaire) n’est pas un crime, mais moins est mieux! Il s’agit de bien savourer et apprécier! 🙂
  • Légumes consommés généreusement (fibres);
  • Fruits: 1 portion à la fois, mais bonnes idées de collations et desserts aux repas;
    • Fruits entiers plutôt que jus, car les jus ne contiennent pas les fibres des fruits (montée plus rapide de la glycémie et on reste sur notre faim).
  • Produits céréaliers à grains entiers (les fibres, on se rappelle?);
  • Produits laitiers faibles en matières grasses (protéines);
  • Viandes maigres et substituts (protéines) à tous les repas et collations pour un meilleur contrôle de la glycémie;
  • Matières grasses:
    • Modération;
    • Enlever les gras visibles des viandes avant la cuisson;
    • Huile de canola et d’olive pour la cuisson;
    • Limiter les gras saturés, éviter les gras trans (produits laitiers entiers et viandes grasses; produits commerciaux/transformés, shortening, saindoux…) pour des vaisseaux sanguins en meilleure santé.
  • Alcool:
    • Jamais à jeun!
    • La modération a meilleur goût, c’est le cas de le dire!
    • Attention aux hypoglycémies.

 

J’espère que vous avez aimé cet article! C’est beaucoup de travail, et pour cela j’apprécie tous les commentaires, positifs/constructifs!

Le diabète étant une maladie très complexe, je vous invite à en parler davantage avec votre médecin/infirmière du diabète/nutritionniste si vous voulez approfondir et personnaliser votre approche! 🙂

 

Références:

(1) Lemieux, S. Diabète de type 2. NUT-2008: Nutrition clinique I. Université Laval: Hiver 2012.

(2) Galibois, I. Diabète de type 1 et diabète gestationnel. NUT-2008: Nutrition clinique I. Université Laval : Hiver 2012.

(3) Diabète Québec. Accueil. Diabète Québec. Page d’accueil. En ligne : http://www.diabete.qc.ca/index.html (page consultée le 2014-08-07).

Unité de médecine de jour métabolique de l’Hôtel-Dieu du CHUM. Chapitre 9 – Savoir lire les étiquettes alimentaires. Montréal: Les Éditions Rogers limitée. 2013. 317 pages.

Leduc, A., dtp. Consommez-vous trop de sucre? Trucs et astuces d’une nutritionniste. En ligne: http://alexandraleduc.com/blogue/2014/05/21/consommez-vous-trop-de-sucres-raffines/ (page consultée le 2014-08-12).

Gouvernement du Canada. Aliments et nutrition – Succédanés de sucre. Santé Canada. En ligne: http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/addit/sweeten-edulcor/index-fra.php (page consultée le 2014-08-12).

Éduc’alcool. Alcool et santé – Les niveaux de consommation d’alcool à faible risque. En ligne: http://educalcool.qc.ca/wp-content/uploads/2011/08/Alcool_et_Sante_5_Fr.pdf (page consultée le 2014-08-12).

Ordre professionnel des diététistes du Québec. Diabète sucré. Manuel de nutrition clinique en ligne. OPDQ 2003-2013.

Source des images:

Diabète Québec. Ministère de la santé et des services sociaux du Québec. Coup d’oeil sur l’alimentation de la personne. 2009.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s